Qui a tué Frenhofer ?

Enquête initiée par William Kels.

Retour au sommaire des enquêtes à ouvrir

                         

Le héros du récit Le Chef d'œuvre inconnu, de Balzac, s'est-il vraiment suicidé ? La manière dont le lecteur apprend la nouvelle de la mort de Frenhofer est pour le moins douteuse.

C’est par ouï-dire que le compagnon de Poussin, peintre et rival du héros, Porbus, rapporte l’événement : "Le lendemain, Porbus, inquiet revint voir Frenhofer, et apprit qu’il était mort dans la nuit, après avoir brûlé ses toiles. »

Poussin est le grand absent de cet épilogue... Ne serait-ce pas, tout simplement, parce que c'est lui l'assassin ?

Si l'on se reporte aux états antérieurs du texte, le jeune Poussin menaçait en effet très explicitement Frenhofer : "Vieillard, reprit Poussin tiré de sa méditation par la voix de Gillette, vois cette épée, je la plongerai dans ton cœur au premier mot de plainte que prononcera cette jeune fille, je mettrai le feu à ta maison, et personne n’en sortira. Comprends-tu ?"

Une telle investigation permettrait, en tout cas, de renouveler l'approche critique traditionnelle de ce texte - qui s'appuie constamment sur le suicide de Frenhofer pour en faire le type même de l'échec artistique, de l'artiste torturé et incompris.

Et de poser la question du titre sous un nouvel angle : Le "chef d'œuvre inconnu", ne serait-ce pas le meurtre du peintre lui-même, ainsi escamoté au lecteur ?

Par William Kels

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

intercripol