Deux assassinats, une erreur judiciaire

5 - reprendre l'enquête rue morgue

Double Assassinat dans la Rue Morgue, publié en 1841, est considéré comme le tout premier roman policier de l'histoire. Ce récit d'Edgar Allan Poe pose les bases classiques du genre : une énigme en apparence insoluble, une chambre close dont l'assassin n'aurait dû pouvoir ni rentrer ni sortir, des policiers un peu bas du front qui, perplexes, s'arrachent les cheveux - et un détective d'élite, électron libre aux petites cellules grises survitaminées (ici, Dupin), qui, à la toute fin de l'histoire, livre à tous une explication fort persuasive, qui se présente comme la seule possible. C'est un singe, appartenant à un marin de passage, qui aurait fait le coup.

          

Une hypothèse qui, vous l'avez deviné, est en réalité plus qu'invraisemblable.

Merci à Poe d'avoir prouvé par anticipation l'utilité publique d'InterCriPol, en inscrivant dans l'ADN du genre le grossier dévoiement de la logique de son détective, et merci à notre agent Uri Eisenzweig d'avoir, pour l'ouverture de notre laboratoire, prouvé qu'il était urgent de rouvrir l'enquête et de venger la mémoire calomniée de ce pauvre orang-outang, que Dupin a désigné comme le coupable, et qui, la photographie d'époque ci-dessus le prouve, était un être d'une gentillesse et d'une sensibilité exquise, incapable de faire du mal à une mouche.

Reste encore à découvrir qui est le véritable meurtrier... A vous d'enquêter ! La grande enquêtrice d'Intercripol, en tout cas, a déjà son idée sur la question.

intercripol