Journée d'études Intercripol : Contre-enquêtes sur Georges Perec

 

 

Afin de préparer au mieux le grand dossier d'enquête collective de cette année, consacrée à "53 jours" de Perec et à paraître dans le N°002 de notre grande revue d'investigation, le Policburo est heureux de vous convier à notre journée d'études virtuelle, organisée le Vendredi 29 Janvier prochain, de 10h30 à 16h30, en partenariat avec la BiLiPo. 

 

Télécharger le flyer

 

Pour y assister, vous pourrez, à l'heure dite et le jour J, cliquer sur le lien suivant, qui vous mènera immédiatement aux portes du bureau sécurisé, numérique sinon ovale, de notre secrétaire perpétuel : 

 https://univ-amu-fr.zoom.us/j/92648832522?pwd=MitCZmJGVC8xVlRRWkQycytMZzNWUT09

ID de réunion : 926 4883 2522
Code secret : 548767

 

Bref : rendez-vous, en prenant bien sûr garde de n'avoir pas été suivi(e)s et muni(e)s des mots de passe confidentiels ad hoc, où vous savez et quand vous savez.

 

Programme 

 

10H30 Maxime Decout (université Aix-Marseille – IUF), « Perec, l’enquête et la contre-enquête »

 

11H Caroline Julliot (Le Mans université), « “Cette fastidieuse et interminable explication de texte qui prétend dissiper l'obscurité de l'histoire...” Le Dossier « 53 jours » d’Intercripol : enquête collective et croisements interprétatifs. »

 

11H30 Gaëlle Debeaux (université Rennes 2), « Peut-on douter de la paternité de « 53 jours » de Georges Perec ? État des lieux d’une enquête en cours »

 

14H30 Jean-Luc Joly (Professeur de chaire supérieure de lettres chez Classes préparatoire littéraire, lycée Janson-de-Sailly, Paris), « Petits modes d'emplois : plus de saison 2, Enquêtes de voisinage dans La Vie mode d’emploi ».

 

15H Jean-Luc Bayard (écrivain ; École natio­nale supé­rieure d’archi­tec­ture de Saint-Etienne), « Qui a tué Georges Perec ? »

 

15H30 Dominique Jeannerod (Queen’s University Belfast) : « Georges Perec, auteur de Série Noire »

 

16H Warren Motte (université du Colorado Boulder) : « Dislecture »

 

Au plaisir de vous y croiser !

 

 

Par Maxime Decout et Caroline Julliot.

intercripol